LA BASTONNADE COMME MOYEN DE CORRECTION DES ENFANTS ?

LES OTITES CHEZ LES ENFANTS
décembre 18, 2019
COMPRENDRE LA SEXUALITE ET L’AMOUR SCOLAIRE
janvier 6, 2020

LA BASTONNADE COMME MOYEN DE CORRECTION DES ENFANTS ?

«… Ce jour-là, j’ai reçu la raclée de ma vie ! ». Cette phrase vous dit quelque chose ? En tout cas, moi, oui ! et plus encore  J’ai reçu plus d’une fois, de la part de mes parents une bastonnade mémorable. J’étais enfant, ça arrivait lorsque je faisais des bêtises à répétition, après de nombreux rappels de mes parents. Et vous ? Est-ce que vous pensez que la bastonnade est un moyen de correction des enfants ? Il faut dire tout de suite que les avis sont partagés sur la question.

LES ARGUMENTS « POUR »

Les arguments sont plus ou moins objectifs. On entend plus, concernant les africains « Le remède du Noir, c’est la chicotte », « Battre le Noir c’est le nourrir », « Black man suggar », « Le Noir a les oreilles aux fesses » et autres inepties semblables. Les tenants de cette opinion la justifient par le fait que la bastonnade est un boost, pour pousser à l’action. Nous connaissons-tous l’expression « Donner un bon coup de pied aux fesses ». Pour eux, la bastonnade n’est pas bien méchante, encore que nous sommes dans le cadre de l’éducation des enfants.

LES ARGUMENTS « CONTRE »

La bastonnade enseigne à l’enfant, l’obéissance, la soumission. Mais la soumission à qui et à quoi ? Non pas à la loi et à la morale, mais à la violence, et le forme à devenir un individu violent. L’enfant peut aussi faire semblant de se soumettre juste pour échapper à la bastonnade. Ensuite faire en cachette ce qu’il tient à faire, et vous penserez que votre « traitement » a marché. La bastonnade lui aura donc appris l’hypocrisie. Fondamentalement, à moins d’être un psychopathe, aucun parent ne voudrait faire du mal à son enfant, au contraire il fait son maximum, et ce, depuis sa naissance et même avant, pour que son enfant soit bien sur tous les plans. On peut donc en déduire que la bastonnade, même si elle semble se justifier, doit être appliquée avec beaucoup de doigté, pour ne pas s’éloigner de l’objectif premier, l’éducation, par exemple, « Comment apprendre l’hygiène à votre ado ? » ; la socialisation de l’enfant, et non son traumatisme. Nous sommes bien d’accord que l’objectif de base est une bonne intégration sociale.« Comment apprendre a votre adolescent a rendre service ? » On devrait donc à bon droit parler de punition, de recadrage, de conseils, et même de suggestion, et non seulement de bonne bastonnade. Mais n’y a-t-il pas des conséquences physiologiques, psychologiques, à la bastonnade ?

LE SYSTEME NERVEUX DE L’ENFANT N’EST PAS ACHEVE A LA NAISSANCE

Le cerveau de l’enfant atteint 95% à 10 ans et 100% vers 15 ans. Les coups sont donc donnés à l’enfant pendant la période où son cerveau est en pleine formation et où les neurones, les cellules du cerveau, s’interconnectent, faisant ainsi augmenter le poids et la capacité de cet organe. Et du fait de la différence de taille, les coups que nous leur donnons arrivent plus facilement à la tête, sinon il faudra se courber pour que les coups arrivent sur les fesses, partie du corps avec plus de muscles et moins d’organes vitaux. Tenons donc compte des dégâts que nous pourrions causer à nos enfants en voulant les « corriger ».

LES COUPS SONT DONNES PAR DES PERSONNES QUI SONT A LA BASE LES GARANTS DE LEUR SECURITE

Celles dont il est entièrement dépendant, qu’il aime et qu’il prend pour modèle. Si l’agression (oui, parce que c’en est bien une) venait de l’extérieur, l’enfant se réfugierait vers ses parents, pour trouver consolation et protection. Mais venant de ses parents eux-mêmes, l’enfant n’a aucun recours, se trouvant ainsi seul désarmé, désespéré. L’éducation par la bastonnade risque de former des jeunes à être sans pitié, capables de faire souffrir les autres sans se rendre compte de la gravité et du traumatisme qu’ils font leur font subir…

EN FRAPPANT ON APPREND A L’ENFANT A FRAPPER

Parmi les comportements innés de l’enfant, un des principaux est l’imitation ; C’est grâce à ce comportement que l’enfant effectue la plupart de ses apprentissages, bons et mauvais. Ainsi, la première chose qu’on apprend à l’enfant en le bastonnant, ce n’est pas à bien faire ses devoirs, ou à être sage, mais c’est à frapper. A votre avis, sur qui va-t-il commencer ? https://www.lesparentsdadolescents.com/coach-mon-ado-est-tres-agressif-avec-moi-que-faire/ Ensuite, il le refera sur des êtres plus petits et plus faibles, notamment ses futurs enfants.

L’ENFANT DISPOSE D’UN COMPORTEMENT INNE : LE COMPORTEMENT DE SAUVEGRADE

L’organisme déclenche des hormones pour le préparer à fuir où à se défendre, quand il se croit en danger. Mais quand il ne peut ni fuir, ni se défendre, alors ces hormones du stress attaquent l’organisme, notamment le cerveau et le système digestif (qu’on appelle justement le deuxième cerveau). Ces hormones peuvent détruire les neurones. L’enfant, à la merci du père fouettard, se détruit donc de l’intérieur.

LES CONSEQUENCES

Sur le plan social, pédagogique, la bastonnade produit des résultats négatifs visibles, observables, même si la contestation à sa raison d’être. Sur le plan physiologique et psychologique, les conséquences sont plus fâcheuses. Donc « oui » à la discipline, à la correction, aux punitions, mais la bastonnade fait partie des sévices corporels interdits dans certains pays. En toute chose il faut la mesure et il ne faut jamais perdre de vue l’objectif, (ce qui éclairera sur les moyens), faire de l’enfant un adulte équilibré.

Merci

Micheline SAME inspiré d’un article du psychologue Guy OUANDJI

Suivez-nous sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »