COMMENT CONTROLER L’ENURESIE CHEZ L’ADOLESCENT

COMMENT GERER L’OBESITE DE L’ADO?
décembre 18, 2017
COMMENT ACCOMPAGNER MON ADOLESCENT DANS SON PREMIER CHAGRIN D’AMOUR ?
décembre 18, 2017

C’est le problème du fameux « pipi au lit ». L’énurésie c’est lorsque l’enfant ou l’adolescent continue d’uriner dans son sommeil à plus de 5 ans. Ce problème touche environ 3% des adolescents entre 12 et 15 ans.  En langue Douala du CAMEROUN, on appelle ça « Sandja o nongo ». C’est une pathologie souvent négligée par son  caractère bénin et parfois honteux, mais surtout mal gérée.

En Afrique,c’estun symptôme fréquent aux conséquences psychologiques importantes ? D’autant plus que les adolescents sont considérés comme déjà de petits hommes, capables de seconder leur père, donc d’épauler financièrement leur mère. En Afrique, le taux moyen  de prévalence est de 12,95%. Parmi lesquels 50% des cas ne sont pas soignés. Les énurésies secondaires étaient plus soignées, que les précédentes ? Ce traitement est plus de type traditionnel que médical (restriction de type alimentaire, trucs et astuces plus ou moins efficaces, punition dans 27% des cas, avec tous les traumatismes physiques et psychologiques que cela comporte) ;

 

LES TYPES D’ENURESIE

Il existe l’énurésie primaire,  si l’enfant n’a jamais été propre ; et l’énurésie secondaire, qui concerne tous les adolescents qui ont connus une période de propreté plus longue, mais qui ont une sorte de rechute.

LES CAUSES

Cette pathologie est causée par plusieurs facteurs :

  1. Immaturité de certaines fonctions urinaires et mictionnelles ; le sommeil profond, et le développement affectif sont souvent mis en cause.
  2. C’est aussi quelque fois une envie inconsciente de l’adolescent de rester enfant, la peur de grandir, pour continuer à bénéficier de l’affection de ses parents.
  3. Le stress, si l’adolescent a connu un évènement négatif marquant dans sa vie (échec scolaire, chagrin d’amour, deuil, viol …), ces évènements vont déclencher une peur qui va entrainer une faible estime de soi, un repli sur soi, qui pourra se traduire par la reprise de l’énurésie ;

 

LES CONSEILS

Si c’est un trouble psychologique, le remède viendra des parents. Dialoguer avec les enfants, les rassurer. Ne faites pas une fixation sur les symptômes en question ; parlez avec lui et aidez-le à comprendre ses soucis, et surtout préservez toujours sa dignité, car si vous lui faites honte, par exemple en en parlant en public, vous augmenterez son manque de confiance en soi, et donc son énurésie va augmenter et ce n’est sûrement pas ce que vous voulez ;

Si ça persiste, il y a des traitements à long terme et sans  danger, il ne faut pas hésiter à consulter un médecin, intégrer  des forums, comme celui de ce site  

http://lesparentsdadolescents.com/forums/ pour avoir les « trucs » et « astuces » des autres parents qui gèrent les adolescents « énurésiques ». Il existe aussi des appareils qui fonctionnent sur le principe des alarmes, pour réveiller l’ado lorsque les urines commencent à couler. Ces appareils donnent de bons résultats, mis à part le fait que le sommeil de l’ado devient troublé, du fait qu’il sursaute à chaque sonnerie, son sommeil ne revient pas forcement tout de suite. A peine veut-il s’endormir pour de vrai, qu’il fait une rechute et sursaute encore quand l’alarme se déclenche. Du coup le matin, il n’a pas vraiment dormi et peut devenir nerveux par manque d’heures de sommeil suffisant.

Les parents doivent être éduqués à la gestion des enfants énurésiques, c’est une défaillance physique et souvent c’est le signe d’un manque affectif. Il leur faut quelque fois un suivi médical. Ça n’a rien à voir avec une quelconque superstition. Il faut abandonner les habitudes inappropriées.

En Afrique on utilise plus les « recettes de grand-mère » avec plus ou moins de résultats. Par exemple, on fait sucer à l’enfant une variété de canne à sucre qu’on appelle « la canne des jumeaux », ou encore on met dans son eau la « paille » du maïs, ou encore les toiles sèches d’araignées ; l’eau de cuisson du riz ;


LA PREVENTION

Il existe la prévention primaire, qui consiste à prendre en charge l’ado, psychologiquement, médicalement,

Prévention secondaire, qui concerne plutôt la prise en charge des parents et de l’environnement de l’enfant, pour leur apprendre que c’est un malaise passager. Ils ne connaissent pas beaucoup d’adultes énurésiques, ce qui signifie que c’est passager. Ses amis et sa famille doivent toujours préserver sa dignité et l’accompagner dans son « combat » et, jamais se moquer de lui, même s’ils pensent que ça va lui créer un électrochoc.

 

Et vous comment gérez-vous l’énurésie de votre ados ?

 

A bientôt

 

Micheline SAME

1 Comment

  1. ANNIE dit :

    Maman d’un adolescent encore confronté par l’enurésie ( bientot 17 ans)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »